imgae temps ordinaireDès le lendemain de la solennité de la Pentecôte nous entrons dans un nouveau cycle de 28 semaines du temps ordinaire ou PER ANNUM, durant lesquelles l'Esprit de la Pentecôte restera présent dans l'Eglise.

Nous présentons ci-dessous, semaine après semaine, une description sommaire, des liens pour que vos puissiez lire et méditer des textes et vous imprégner des chants

   

33ToB JesusApotres

33e dimanche du Temps Ordinaire B, 18 novembre 2018

"Encourra-t-on le reproche d'avoir l'imagination fort vdéliée pour que l'on entend chaque année, dans les chants de ce dimanche - dans la montée du pacis (introït), dans la vocalise de l'alléluia, dans l’exhalaison intense meam (offertoire) - un grand souffle pareil à celui de du vent de longue haleine qui, sur le versant de novembre, emporte les dernières frondaisons ?Un souffle qui déblaie pour un AVENT nouveau. Oui en ce dernier dimanche après la Pentecôte, nous pouvons vraiment constater que "L'esprit du du Seigneur a rempli l'univers" selon que le chantait l'introït de la Pentecôte elle-même. Spiritrus DSominus replévit orbem terrarum, et hoc quod contin et omnia scientiam gabet vocis. Est-ce à cause de sa situation terminale qui permet d'en apercevoir plus longuement l'écho? Toujour est-il que ce dimanche Dicite Dominus a une personnalité attachante et s'inscrit profondément dans l'oreille et dans la mémoire liturgique." (Père F. Cassingéna-Trévedy, dans Chante et Marche Introït III)

Dans l'introït Dicit Dominus  c'est le Seigneur qui nous dit. C'"est une parole publique. Ce n'est pas la parole prononcée dans l’intimité de la nuit de Noël Dominus dixit ad me ... du Père au Fils. Ici c'est le Seigneur qui a le mot de la fin  (Introït et communion) au terme toutes nos requêtes, de toutes nos exclamations de toutes nos confessions (Le graduel Liberasti nos du psaume 43, l' Alléluia et l'Offertoire De profondis du psaume 129°;  Le verset de l'introït Benedixisti Domine terram tuam : avertisti captivitatem Jacob sent déjà l'Avent tout proche; (Toujours d'après Chant et Marche tome III du père Cassingéna-Trévidy).

Retrouver ici >>> les enregistrements et partitions de ce dimanche

Vous pouvez consulter ces lectures ici >>> 

Cette semaine l'Eglise fête ou fait mémoire : 

        • Jeudi 21 : La Présentation de la Vierge Marie 
        • Vendredi 22 : Sainte Cécile, vierge et martyre à Rome, 1er siècle

Christ Roi Tympan de Vézelay

34e et dernier dimanche du Temps Ordinaire B, 25 novembre 2018,

Solennité du Christ-Roi

Pour couronner l’année liturgique, l’Église fête le mystère de la royauté du Christ. Le symbole royal occupe une place centrale dans l’histoire de la Révélation comme nous le livre l’Ancien Testament. Mais il nous faut le libérer de la charge que le passé fait peser sur ces mots : royauté, monarchie, absolutisme, pouvoir arbitraire aux mains d’un seul, etc. Il est indispensable de le situer dans son sens premier : “regere”, assurer une direction, une rectitude, une règle de vie de l’être et de l’agir. 

Tous les textes des chants de ce jour nous disent cette conception de royauté du Christ. Ainsi

  • Dans l'Introït Dignus est Agnus le Roi est un agneau immolé. Et c'est à ce roi qu'est donnée la totalité des pouvoirs. La musique en mode III (MI-SI) exprime la gravité et la solennité de l’affirmation.
  • Le Graduel Dominabiitur exprime l'étendu du pouvoir de l'Agneau et le respect qui lui est dû de la part de tous les rois de la terre;
  • L'alléluia Potestas ejus emprunt son texte au prophète Daniel pour dire que cette puissance est éternelle et so règne est indestructible

Retrouver ici >>> les enregistrements et partitions de ce dimanche

Vous pouvez consulter ces lectures ici >>>

Cette semaine l'Eglise fête Saint André, Apôtre, le vendredi 30.